Vous êtes ici

Accueil La symbolique juridique en peintures

La symbolique juridique en peintures

21 janvier 2019
Par: 
Marc-Étienne O'Brien

Alors que l’histoire humaine a longtemps progressé avec appréhension, notre univers se distancie maintenant à vive allure de son passé encore récent. D’anciens artefacts et symboles de cette histoire continuent pourtant d’accompagner notre quotidien. L’univers juridique n’échappe pas à ce constat, bien au contraire. Ce thème est l’objet de l’ouvrage Esprits juridiques de Francesca Trop, publié en 2018 à compte d’auteur. Juriste et peintre, l’auteure y expose ses tableaux tout en rappelant l’origine de plusieurs traditions encore vivaces dans l’univers du droit.

L’auteure s’intéresse à l’aspect visible de l’univers juridique autant qu’à sa dimension symbolique, révélée par l’histoire. Elle explique le port de la toge noire, du rabat blanc et des bandes rouges de la magistrature. Elle s’intéresse au jury et aux fonctions d’avocat et de notaire. Elle aborde les écrits juridiques et les codes, le déroulement du procès et l’utilisation du latin. Les détails historiques sont souvent intéressants. Saviez-vous, par exemple, que la dominance de la toge noire provient du deuil du roi Charles II en 1685?

Ces petites tranches d’histoire accompagnent les photographies des œuvres de l’auteure. Ses toiles rappellent l’impressionnisme en ce que la fidélité à l’objet de la représentation et l’exactitude technique sont délaissées au profit de la projection de la subjectivité de l’artiste. Les juristes représentés par la peintre apparaissent flous et mystérieux; leurs traits sont effacés, ce qui les rend impersonnels et distants. Ces personnages sont le plus souvent représentés dans des lieux grandioses, surdimensionnés et austères, tels que des cathédrales et des temples anciens. Ces décors évoquent un pouvoir solennel aux secrets impénétrables. Les œuvres représentées peuvent être interprétées à la fois comme flattant l’ego des plus puissants acteurs du milieu juridique et comme décriant l’inaccessibilité du droit et de la justice.

Le contenu écrit de l’ouvrage laisse un peu perplexe au regard de son titre et même de son sous-titre « Droit : Mythes et symboles », en ce qu’il omet d’aborder ces sujets précis. Le titre renvoie davantage aux mystérieux personnages qui habitent les peintures de l’auteure.

Le but premier de ce livre est de mettre en valeur les tableaux de l’auteure, et il accomplit cet objectif avec élégance, tout en livrant au passage des observations historiques fort intéressantes à propos de l’univers visible du droit.

Pour commander :  https://www.francescatrop.com/esprits-juridiques.html

Bannière: 
758